Candida albicans

Candida albicans et candidose buccale

candidose_buccale
Écrit par Sylvie Leroy
Candida albicans et candidose buccale
5 (100%) 4 votes

Etant considérée comme l’une des espèces de levure les plus connues dans le monde de la médecine, le candida albicans est un champignon microscopique généralement bénign. Cet organisme est présent au niveau des muqueuses du corps. Les études effectuées démontrent que la majorité des êtres humains présentent des candidas albicans, qui n’entraînent généralement pas de maladies symptomatiques.

Toutefois, dans certains cas, la présence de candida albicans peut provoquer des infections fongiques appelées candidoses. Ces dernières se développent particulièrement aux niveaux des muqueuses comme les muqueuses digestives et les muqueuses au niveau du vagin.


La candidose buccale

Le candida albicans est un agent dit « opportuniste polyvalent ». Il peut être à l’origine d’une multitude d’infections. Les candidoses sont particulièrement fréquentes chez les personnes immunodéprimées.

En général, la chaleur et l’humidité sont les principaux facteurs favorables au développement de la candidose locale qui apparaissent souvent au niveau des plis cutanés. Les candidoses orales et œsophagiennes sont des formes de ces infections locales. Elles sont classées dans la catégorie des candidoses cutanéo-muqueuses.

Localisée au niveau de la cavité buccale, la candidose buccale se manifeste sous forme de muguet. Ce dernier entraîne ainsi la formation de plaques blanches assimilables à du lait épaissi au niveau de la cavité buccale jusqu’aux lèvres.

La candidose buccale peut également se présenter sous forme de fissurations rougeâtres et humides sur les lèvres. Les candidoses orales et œsophagiennes sont les manifestations les plus fréquentes de la candidose. Comme toute infection, elles sont plus courantes chez les personnes à faible immunité.


Traitement de la candidose buccale

Afin de traiter la candidose et éviter la prolifération du candida albicans, la candidose buccale requière la prise d’antifongiques. Ces derniers sont disponibles sous forme de poudre, de pommade ou de shampoing.

Ils peuvent également être ingérés par voie orale. Chaque antifongique agit différemment sur les candidas albicans.

A titre indicatif, les polyènes, qui sont des antifongiques naturels, tuent les candidas albicans en augmentant la perméabilité de leurs membranes. Les analogues pyrimidines interdisent la synthèse d’ADN et d’ARD des cellules fongiques des candidas albicans, ce qui entraîne également leur mort.

Les azoles, quant à eux, fragilisent les candidas albicans et stoppent leur développement. Les allylamines favorisent l’accumulation d’agents toxiques au niveau des cellules des candidas albicans. Ce sont des exemples de forme d’antifongique chimique qui agissent sur les candidas albicans.

Des antifongiques naturels sont également présents dans les pharmacies. Le plus connus est l’horopito, une plante extraordinaire rencontrée en Nouvelle-Zélande.

Bien que les antifongiques agissent efficacement sur le développement de la candidose buccale, les traitements ne suffisent pas souvent.

Des règles d’hygiènes dentaires et alimentaires doivent être respectées pour que la thérapie soit efficace notamment le fait de nettoyer régulièrement la cavité buccale.

Le rinçage fréquent de la bouche et le brossage régulier des dents ne sont pas à négliger.

La surconsommation d’aliments sucrés est déconseillée car elle favorise la croissance et la prolifération des candidas albicans.

En cas d’infection, consultez directement votre médecin. Il vous conseillera sur les mesures à prendre et vous prescrira des médicaments adaptés à votre état.

À propos de l'auteur

Sylvie Leroy

Laisser un commentaire

Suivez-nous!