Candida albicans

La candidose digestive : symptômes et traitements pour en finir!

Écrit par Sylvie Leroy
La candidose digestive : symptômes et traitements pour en finir!
5 (100%) 6 votes

Tout déséquilibre d’éléments dans l’organisme peut être à la source d’une affection. La candidose, elle, est liée à une multiplication démesurée de candida albicans. Extérieurement, elle se manifeste par des croûtes, des plaques rouges et des démangeaisons visibles. En interne, il faut se fier à d’autres signes et l’une des formes les plus fréquentes de cette affection est la candidose digestive. Si vous pensez souffrir de mycose digestive ou mycose intestinale, lisez cet article.

Augmentation démesurée  des candida albicans

Notre organisme est constitué d’un grand nombre de champignons ; ils contribuent à son bon fonctionnement. Le Candida albicans, agent provenant de la candidose, en fait partie. Une multiplication anormale de ces champignons peut mettre à mal nos muqueuses. D’où l’apparition des infections fongiques, c’est-à-dire celles liées à une mauvaise répartition d’un tel agent. Elles peuvent toucher la peau ou les muqueuses.

On parle de candidose digestive lorsque ces infections atteignent le système digestif, allant de la bouche aux intestins, en passant par le tube digestif, l’estomac et l’œsophage. Il existe ainsi plusieurs types de candidoses digestives : candidose buccale, de l’œsophage, du tube digestif et intestinal.

La candidose buccale, celle de l’œsophage et de l’intestin sont les formes les plus fréquentes. L’affection touche souvent la quasi-totalité des organes digestifs dans les stades avancés de syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA) dû au VIH. A noter, la majorité des individus atteints de la candidose buccale sont les nourrissons et ceux qui portent des prothèses dentaires.

Pourquoi la candidose digestive : de très nombreux facteurs

candidose-digestive-3

Qu’est-ce qui favorise la multiplication excessive de Candida albicans dans le système digestif ?

Les spécialistes citent de nombreux facteurs parmi lesquels l’alimentation. La suralimentation ou une alimentation riche en sucre contribue à l’existence de ces champignons dans les intestins. Le risque de contracter l’affection est même plus élevé pour les diabétiques. De même pour celles atteintes d’un cancer ou du sida.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, la prise d’antibiotiques fait partie des facteurs principaux de l’augmentation démesurée des candidas albicans dans l’organisme. Comment est-ce possible ? Car les antibiotiques ne tuent seulement pas les bactéries de l’affection à laquelle elles sont destinées. Elles emportent également sur leur passage les bonnes bactéries. Leur diminution en nombre provoque un déséquilibre de la flore du système digestif.
Ce dernier ne peut pas éviter l’invasion, ou plutôt celle de ses muqueuses par des champignons qui deviennent plus nombreux. Cependant, ce problème peut être évité en compensant les antibiotiques par la levure.

Par ailleurs, le port d’un appareil dentaire peut-être à l’origine d’une candidose buccale, l’une des formes les plus fréquentes de la candidose digestive chez les personnes âgées. L’environnement peut aussi contribuer à la multiplication anormale des champignons pathogènes.

La chaleur et l’humidité favorisent aussi entre autres certaines candidoses digestives. Mais ces facteurs concernent surtout les candidoses génitales frappant notamment en été les habitués de piscines.

Manifestations de l’affection: symptômes et effets sur l’organisme

Contrairement à la candidose cutanée et aux autres formes de cette affection, il n’y a pas de signes extérieurs pour reconnaitre la mycose digestive.

candidose-digestive

Une grande fatigue peut-être un signe de candidose

Toutefois, quelques troubles peuvent apparaitre justifiant un déséquilibre de la flore digestive, à savoir une fatigue inhabituelle et persistante, un manque de sommeil. Il en est de même pour les troubles digestifs chroniques de types ballonnements et douleurs d’estomac, les infections gynécologiques et les infections urinaires.

C’est en fait un problème interne ne se manifestant extérieurement que dans des cas très rares, comme les acnés, les eczémas et les allergies.

Le médecin est le mieux placé pour savoir si ces symptômes sont liés ou non à une candidose digestive. Pour ce faire, il procède à un bilan sérologique afin de détecter les agents responsables des mycoses. Ce qui n’est pas toujours facile, la présence de champignons dans les muqueuses étant « normale ».

Il s’agira donc de trouver s’il y a surplus de candidas albicans dans l’organisme. Avant l’établissement du diagnostic, une culture bactériologique de selles (coproculture) peut être réalisée par le médecin. C’est en effet un meilleur moyen de vérifier l’existence d’une mycose et ainsi une garantie de diagnostic juste. Depuis quelques années, les médecins recourent de plus en plus à la coloscopie, en plus des pratiques précitées.

Traitement de la candidose ou mycose digestive

Après l’établissement du diagnostic, le médecin détermine le traitement antifongique adapté au cas de son patient. Ce traitement est constitué d’antimycosiques, surtout pour traiter les mycoses intestinales.

Le fluconazole est la molécule le plus fréquemment utilisée pour traiter la candidose intestinale et celle de l’estomac. En cas de candidose buccale, l’utilisation locale d’amphotéricine B est fortement recommandée. Il ne faut cependant pas se suffire d’un traitement médicamenteux. S’en contenter favorise en effet les récidives quelle que soit la durée respectée pour la réalisation du traitement.

Il faut y associer une rééducation alimentaire, le déséquilibre alimentaire étant la source principale d’une candidose digestive. Le patient devra notamment baisser la portion de glucides et de sucres dans son alimentation. En compensation, il pourra augmenter son apport quotidien en protéines et en lipides.

 

La rééducation alimentaire est incontournable même si le problème ne provient pas d’une mauvaise alimentation. Elle devra cependant, dans ce cas, être associée à l’agissement sur la cause identifiée. Cette dernière pourra être le stress, la prise d’antibiotique ou une maladie affaiblissant le système immunitaire comme le cancer ou le SIDA. Dans le premier cas, l’utilisation d’un produit anti-stress est recommandée. Dans le second cas, il faut une compensation par la prise d’une levure. Et dans le dernier cas, il faut prendre les médicaments appropriés même si ceux-ci ne permettent pas de guérir totalement ces maladies ou recourir à la chimiothérapie pour le cancer.

candidose-digestive

Des changements alimentaire sont obligatoires

 Les gestes préventifs

Comme le traitement coûte cher au ménage, il vaut mieux prévenir que guérir. Il suffit de gestes simples au quotidien pour se mettre à l’abri de la candidose digestive. Pour cela, faire attention à ce que l’on mange.

La première règle à adopter est donc de bien équilibrer les repas. Il ne faut pas se contenter de la vision minimaliste consistant à respecter la portion des lipides, des protéines et des glucides dans l’alimentation.

Le mieux est de jouer sur la quantité et la qualité. Les nutriments essentiels pour préserver notre santé sont également de mise, en ne citant que les minéraux, les vitamines et les antioxydants.L’eau est aussi indispensable, et ne boire que de l’eau si possible, sinon pour changer de temps en temps, un peu de jus de fruits naturel de préférence sans sucre ajouté. Les sodas et les boissons alcoolisées sont déconseillés.

Pour prouver que l’alimentation joue un rôle majeur dans la lutte contre cette affection, le médecin proscrit certains produits pendant le traitement. Il s’agit entre autres de la confiture, du miel, du sirop d’érable, des pommes de terre et des fromages fermentés.

Il est indispensable de traiter la candidose buccale dans les meilleurs délais. Il en est de même pour les autres infections buccales comme la perlèche et la langue noire. Celles-ci risquent d’infecter tout le système digestif. Enfin, de nombreux spécialistes recommandent la prise d’un complément de probiotiques pour la prévention d’une candidose digestive. Ceci contribue en effet au rétablissement de l’équilibre d’agents dans l’univers digestif.

À propos de l'auteur

Sylvie Leroy

Commentaires

Laisser un commentaire

Suivez-nous!