Remèdes naturels

Harpagophytum: un puissant anti-inflammatoire naturel

Harpagophytum
Harpagophytum: un puissant anti-inflammatoire naturel
5 (100%) 8 votes

Vous pensiez y échapper, et bien non. L’âge, c’est l’âge et avec l’âge viennent les douleurs articulaires. Douleurs le matin, quand vous vous levez. Il est bien loin le temps où vous bondissiez de votre lit pour attaquer votre journée avec entrain.

Voilà l’arthrose. Douleurs dans la journée ou pendant la nuit, quoi que vous fassiez, debout ou allongé. Voilà l’arthrite. Carrément l’enfer ! Le découragement vous gagne. Vous n’osez même plus en parler.

Vous avez l’impression que personne ne vous croit, que vous dérangez. Il y a peut-être une solution et naturelle en plus : l’harpagophytum procumbens ou “griffe du diable“.

Une plante venue du désert africain

Vous en avez sûrement entendu parler. Elle est bien connue en occident depuis plusieurs décennies, depuis les années 50 surtout et les analyses du chercheur et médecin O.H Volk.

Du fait de son succès, elle fait même désormais l’objet d’une exploitation intensive, en Afrique australe et dans le désert de Kalahari, dont elle est originaire. Certes, me direz-vous, mais c’est quoi son secret.

Les bienfaits traditionnels de l’harpagophytum

Revenons à l’époque de la découverte de la griffe du diable par le fermier et soldat allemand Menhert pendant la guerre entre les Hereros et les Hottentots, en Namibie, en 1904 – 1906.

Il s’aperçoit que ceux-ci soignent efficacement leurs blessures avec une décoction qu’il finit par identifier comme étant à base d’harpagophytum ou plutôt de griffe de Windhoek.

Mieux encore, il se rend compte que la plante sert traditionnellement aussi bien à traiter des troubles digestifs et des inflammations que des blessures cutanées ou des ulcères : une plante à tout faire, en somme.

Les principes actifs de l’harpagophytum

Depuis les études scientifiques se sont multipliées. Les plus récentes datent de 2003 – 2007 et les principes actifs développés par la plante, de même que leurs effets sont désormais bien répertoriés.

L’harpagophytum est une plante de la famille du sésame, ses fleurs sont mauves et ses tiges peuvent faire jusqu’à 1,5 m de long.

Cependant, c’est dans ses racines que se trouve l’essentiel de ses principes actifs. Elles pèsent entre 500 gr et 1,5 kg et il faut creuser entre 50 cm et 2 m de profondeur pour les trouver.

Cette particularité, plus le soleil du Kalahari, en rend l’exploitation difficile, d’où des prix qui peuvent être élevés pour les meilleurs extraits.

Il y a de nombreux principes actifs (1) dans une racine d’harpagophytum. Le plus important est l’harpagoside. C’est celui qui a le plus d’effet sur les rhumatismes. Il compose de 1 à 3 % des racines. Il n’est pas le seul.

Il y a aussi des flavonoïdes et des phénols. Les premiers ont des effets anti-oxydants et les seconds, des effets anti-diurétiques. Enfin, de nombreuses vitamines du groupe B sont également présentes. Elles améliorent notablement le fonctionnement cérébral.

Une formulation, solide, liquide ou mixte, pour la griffe du diable

Il y a de multiples façons d’utiliser l’harpagophytum. En tenant compte des posologies, je dirai presque autant qu’il y a de pathologies rhumatismales.

Cela fait beaucoup, mais pour faire simple et court, disons que la poudre d’harpagophytum peut s’utiliser soit à titre préventif, soit à titre curatif.

Pour chacun de ces deux grands modes d’emploi, vous allez trouver l’harpagophytum sous différentes formulations : solide, liquide, mais aussi dans une formulation mixte, en pommade ou en cataplasme.

La formulation solide, en gélules ou comprimés, constitue à elle-seule 90 % des utilisations.

Harpagophytum-anti-inflammatoire

Les principaux modes d’emploi

Ils vont dépendre de la nature des douleurs à traiter, des conditions d’utilisation, des taux de concentration en harpagosides et des éventuelles associations avec d’autres plantes.

Les douleurs à traiter

Cela vous “craque” ou cela vous brûle ? Rassurez-vous, si vous avez plus de 65 ans, vous êtes près de 80 % dans ce cas. Autant dire que tout le monde est concerné.

Si vous “craquez” à chaque mouvement que vous faites avec l’une de votre centaine d’articulations, pas de panique, c’est une conséquence de l’usure de vos cartilages, communément appelée arthrose.

Si cela vous brûle à chaque instant, c’est beaucoup plus ennuyeux. Difficile de se reposer dans ces conditions. La douleur est constante et démoralisante.

Il ne s’agit plus d’une usure, mais d’une inflammation du liquide synovial ou de tout ce qui entoure l’articulation, tendons, ligaments ou capsules. Vous avez ce qu’on appelle une arthrite et certaines d’entre elles peuvent être très invalidantes.

Le temps est bien sûr passé par là et vous ne pouvez qu’en ralentir les effets. Mais si vous avez une arthrite, cela n’est pas qu’une question d’âge et vous pouvez en être atteint bien avant d’être senior.

Voyons comment l’hargophytum peut vous aider à juguler naturellement tous ces désagréments.

À lire: Les meilleurs anti-inflammatoire naturels

Prendre de l’harpagophytum

Vous pouvez le faire par voie interne ou par voie externe. Par voie interne, vous allez procéder par cures périodiques. Par voie externe, vous allez appliquer une pommade ou un cataplasme, par exemple, sur la zone douloureuse.

Pour faire une cure d’harpagophytum, il faut en général procéder de la manière suivante :

  •  démarrez par une cure dite d’attaque pendant laquelle vous allez prendre quotidiennement entre 50 et 80 mg d’harpagosides.
    Mieux vaut le faire pendant les repas, surtout si vous utilisez une formulation liquide, pour en atténuer le goût un peu amer et cela pendant 30 à 60 jours.
  • Après quoi, vous allez pouvoir faire une pause pendant un bon mois et reprendre votre cure, cette fois pour 20 jours seulement, à raison d’une fois par trimestre.

Si vous voulez en faire un usage externe et à défaut de pommade, vous allez devoir vous préparer un mélange d’eau portée à ébullition avec de la poudre ou une racine d’harpagophytum, pendant 5 à 15 minutes.

La température est importante à observer parce que c’est elle qui va permettre la diffusion des principes actifs.

Evidemment, avant de vous l’appliquer, vous allez attendre que le mélange refroidisse. Inutile d’ajouter une nouvelle brûlure à vos brûlures habituelles.

Je n’ai pas essayé, mais si j’avais la goutte qui est une forme d’arthrite, par exemple, je pense qu’un bon bain de pieds avec un tel mélange en suivant le protocole d’une cure doit être extrêmement bienfaisant.

Quelques conseils complémentaires

Je ne vais pas vous le cacher. Un traitement à base d’harpagophytum n’est pas efficace à 100 %. Les études montrent plutôt un taux d’efficacité entre 20 et 45 % suivant les groupes témoins.

Ce n’est déjà pas si mal, d’autant qu’il est possible d’améliorer ce taux en suivant quelques conseils simples que je vais m’empresser de vous donner.

Tout d’abord, veillez bien à acheter le bon produit, c’est-à-dire celui avec un taux affiché d’harpagosides suffisant. Pour ma part, j’ai une préférence pour les produits ultra-concentrés. Il en existe avec des taux de 40 %, et bio de surcroît.

En tout cas, je n’aime guère ceux où il n’est question que de concentration en iridoïdes. L’harpagoside est un iridoïde, mais c’est quand même noyer le poisson que de n’afficher qu’un taux global qui inclut d’autres iridoïdes en plus du précieux harpagoside. Bon, voilà, c’est dit.

Autre conseil, veillez à éviter les effets délétères de l’accoutumance en variant suffisamment les applications et les formulations, et même en combinant l’harpagophytum avec d’autres plantes aux effets comparables ou drainants comme le curcuma, la sève de bouleau ou encore le gingembre.

Enfin, je ne saurai trop vous conseiller de surveiller votre alimentation, car une alimentation trop riche s’accompagne souvent d’une tendance au surpoids et à l’excès d’acide urique, ce qui n’est jamais bon pour des articulations fragilisées. Alors, messieurs, un peu moins de bière, de viande et de poissons …Hum ! pas facile, dites-vous, mais efficace, croyez-moi !

Les contre-indications

Rien n’est jamais parfait. Il y a des cas où malgré ses douleurs, il vaut mieux éviter l’harpagophytum.

Je vous en donne un exemple qui me touche de près. Ma grand-mère se plaignait de violentes douleurs à la mâchoire. D’évidence, un effet de l’arthrose, elle vient de fêter ses 80 ans et ne manque pas de rhumatismes.

Convaincue par un super article sur les bienfaits de l’harpagophytum, elle commence une cure.

Mais voilà que pratiquement simultanément, elle se sent prise de tournis. Au bout de quelques jours, avertie, je lui fais remarquer que ses problèmes cardiaques sont peut-être à l’origine de ces effets secondaires.

Depuis, elle a arrêté d’en prendre et son tournis s’est arrêté aussi.

Les troubles du rythme cardiaque font effectivement partie des contre-indications à l’harpagophytum, comme les ulcères gastriques, les ulcères du duodénum, les calculs biliaires, ou la prise d’anti-coagulants comme la warfarine.

Il n’est pas recommandé non plus pour les femmes enceintes ou allaitantes. Avant de se lancer dans un traitement de longue durée à l’harpagophytum, il n’est donc pas inutile d’en parler aussi à son médecin habituel.

La scrofulaire noueuse, l’harpagophytum de nos contrées

Figurez-vous que nous allons quelques fois chercher bien loin ce que nous avons chez nous et que nous pouvons faire pousser dans nos jardins.

Et oui, la scrofulaire noueuse (2) que vous pouvez trouver au bord des chemins dans des zones humides et fraîches, l’opposé donc de l’harpagophytum, en a pourtant exactement les mêmes propriétés.

Ajoutons pour la petite histoire, qu’il existe même des scrofulaires dites aquatiques !

Son taux d’harpagosides est quasiment le même, mais comme la nature se plait quelque fois à nous jouer des tours, ses principes actifs se trouvent dans les feuilles plutôt que dans les racines.

Elle est connue comme “l’herbe aux écrouelles” parce qu’elle a été traditionnellement utilisée pour soigner les inflammations ganglionnaires ou lymphatiques. Cela dit, elle s’utilise comme l’harpagophytum et a les mêmes contre-indications.

Curieux, non !

L’harpagophytum, une plante privilégiée

Nul n’est parfait. les plantes comme le reste, mais l’harpagophytum et ses harpagosides est le meilleur moyen que la nature ait trouvé pour nous soulager de nos misères rhumatismales.

C’est souvent efficace et c’est prouvé. Rappelons qu’au-delà de ces misères, l’harpagophytum peut aussi avoir un effet bienfaisant contre les oxydants, peut stimuler un système digestif paresseux ou encore aider à réguler l’appétit.

Raison pour laquelle il est autant utilisé en Afrique australe et depuis longtemps.

Bref, si vous ne vous trouvez pas dans l’un des cas de contre-indications, et si vous voulez agir contre vos douleurs ou les prévenir, vous ne risquez rien à faire de temps à autre une cure d’harpagophytum, ou pourquoi pas, de scrofulaire noueuse, pour changer!

Et j’allais oublier, mais comme nos amis les bêtes ont aussi leurs problèmes rhumatismaux, vous pouvez aussi leur donner de l’harpagophytum pour les soulager (3). Je vous l’ai dit, c’est vraiment la plante à tout faire.

À propos

L'équipe de Bonheur et Santé

L'équipe de Bonheur et Santé a une mission: partager avec vous les meilleures astuces pour une bonne santé au naturelle et faire de chaque jour une occasion d'être heureux.

Leave a Comment

Suivez-nous!