Remèdes naturels

Jambes sans repos : symptômes et traitements naturels

jambe-sans-repos
Écrit par Nathalie Marty
Jambes sans repos : symptômes et traitements naturels
5 (100%) 30 votes

Vous sentez par moment des insectes grouiller dans vos jambes ? Regardez de plus près cela, noter aussi leur fréquence car il peut s’agir du (SJSR) syndrome des jambes sans repos.

C’est une affection neurologique qui consiste à bouger les jambes pour éviter des fourmillements, des picotements ou des douleurs dans la jambe.

Voici les symptômes et les traitements des jambes sans repos.

Symptômes

Picotements, fourmillements au niveau des membres inférieurs

Les picotements et les fourmillements au niveau de vos membres inférieurs sont des sensations anormales qui se manifestent lorsque vos jambes ou vos bras sont au repos (1).

Les maux sont légers, mais à la longue ils deviennent intolérables. Le mouvement de la partie affectée permet d’apaiser les symptômes.

Les mouvements du membre sont une solution temporaire et les fourmillements sont fréquemment susceptibles de revenir.

Contractions musculaires

Les personnes atteintes du syndrome des jambes sans repos (SJSR) ou « syndrome d’impatiences musculaires de l’éveil » produisent des secousses musculaires involontaires durant leur sommeil.

Vous êtes incapable de rester en position assise durant une longue durée de réunion ou de trajet en voiture.

Le partenaire d’un souffrant de SJSR aura l’impression de recevoir des coups de pieds lors de cette contraction musculaire nocturne.

En principe, l’une des jambes est touchée par le syndrome. Ces symptômes impactent ainsi votre vie socio professionnelle et personnelle. L’étirement des jambes permet de les soulager.

Troubles de sommeil et de la mémoire

Lorsque le syndrome se manifeste, vous n’arrivez plus à vous endormir normalement et vous vous éveillez à plusieurs reprises.

L’attitude à adopter pour reprendre le sommeil est de marcher ou de changer de position.  Vous risquez à la longue d’avoir des troubles de mémoire en raison des insomnies et des effets psychiques qui en découlent.

Trouble du langage

Selon l’étude de l’Université Pierre et Marie Curie chez les enfants, il y a une corrélation entre le SJSR ou « la maladie de Willis-Ekbom » et le trouble du langage.

Cette pathologie principalement liée à un manque d’attention dégrade les fonctions cognitives des malades.

douleurs-jambes sans repos

douleurs-jambes sans repos

Stress, dépression et anxiété

Le syndrome des jambes sans repos est défini comme un trouble du système nerveux entraînant une sollicitation impérieuse de bouger les jambes.

Il provoque donc un trouble de l’humeur et peut conduire au stress, à la dépression ou à l’anxiété puisque la personne se trouve souvent dans une situation handicapante ou invalidante quand les manifestations du syndrome s’aggravent.  

Démangeaisons et brûlures

Lorsque vous avez le syndrome des jambes sans repos, vous avez parfois des démangeaisons et des brûlures au niveau de l’épiderme. Ce qui crée évidemment une sensation d’inconfort. Ceci vous empêche également de bouger immédiatement.

Fatigue

Le syndrome des jambes sans repos pendant la nuit entraîne dans la matinée des courbatures, des contorsions et donc de la fatigue.

En effet, les micro éveils nécessitent des efforts physiques et perturbent votre cycle circadien.  

Insuffisance rénale, diabète et neuropathie

Le SJSR se produit certaines fois avec des maladies telles que l’insuffisance rénale et/ou le diabète.

Le syndrome est détecté chez 15% des insuffisants rénaux à la suite d’un bilan rénal standard.

Le diabète est le résultat d’une insomnie qui provoque à son tour une dérégulation du métabolisme glucidique.

Ces deux pathologies aggravent les impatiences des jambes et peuvent de surcroît entraîner la neuropathie.

Traitements

Les activités physiques apaisantes

La marche et l’étirement

Le traitement générique du syndrome des jambes sans repos ou impatiences des jambes est de les faire bouger puis de marcher (2).

Vous pouvez compléter cet effort de soulagement par des mouvements de fléchissement et d’étirement.

Les activités aérobiques

Les activités aérobiques sont un moyen facile pour libérer les endorphines –hormones anti douleurs sécrétées par l’hypothalamus.

Elles s’effectuent suivant un rythme rapide et sont accompagnées souvent de musique. Parmi les principaux exercices aérobiques figurent les sauts, le jogging et la danse. La séance est à faire 3 à 4 fois par semaine.

Les step-Ups

Il s’agit d’un exercice léger d’entraînement des jambes praticable chez soi. Prenez une chaise, montez dessus et descendez.

Vous pouvez également effectuer ce geste sur un escalier.

La levée de jambe

Elle s’effectue sur une position couchée sur le dos. Soulevez vos jambes et faites-les monter et descendre puis entraînez-les à réaliser les mouvements d’un ciseau. Cet effort nécessite la sollicitation des muscles abdominaux.

La flexion de genoux

Placez-vous sur une position debout, étendez vos bras vers l’avant, repliez vos jambes en vous accroupissant. Retournez-vous à la position initiale et répétez le geste.

Les extensions

Mettez-vous à quatre pattes puis levez une de vos jambes en l’étirant vers le ciel. Ramenez après la jambe étendue. Faites le même exercice avec l’autre jambe.

Le bain chaud

Avant d’aller au lit, prenez une douche bien chaude pour relaxer vos muscles. Vous pouvez ajouter de l’huile essentielle pour optimiser le résultat.

Les massages locaux

Les massages locaux permettent de détendre les jambes. Massez les jambes suivant un mouvement vers le haut, des chevilles au sommet des cuisses.

Ce geste est à faire tous les matins et avant de dormir. Il faut alterner la chaleur et le froid lors de l’application des compresses.

La prise d’infusion

Un remède pour calmer les effets du syndrome des jambes sans repos est de préparer une infusion de sauge, de menthe ou de valériane.

Ces plantes ont toutes des propriétés anti-stress et vous aident à retrouver le sommeil. La préparation consiste à verser une tasse d’eau bouillante sur une cuillère de feuilles séchées de ces végétales.

Laissez le mélange infuser pendant 10 minutes. La prise est à raison de 3 fois par jour.

À lire: L’infusion de thym vous veut du bien

Application des techniques de relaxation

Pour réparer le sommeil et détendre les muscles, la pratique de la respiration profonde, du yoga ou de la méditation est recommandée. Vous pouvez appliquer ces techniques avant de dormir ou lors de vos temps de pause.

La cure homéopathique

La cure homéopathique consiste à soulager les impatiences des jambes en prenant du Causticum 12 CH ou du Tarentula hispanica 12 CH. L’ingurgitation s’effectue le matin, le midi et le soir.

Dispositif de pression musculaire

Un traitement mécanique a été mis au point par les chercheurs de l’Institut de recherche de l’Université de Pennsylvanie (Etats-Unis) pour calmer les symptômes des jambes sans repos.

Il s’agit d’appliquer une pression réglable au niveau des muscles du pied du sujet. Ce dispositif ne présente pas d’effet secondaire comme la plupart des traitements médicamenteux. Il permet en plus d’améliorer le sommeil.

Songez au changement des habitudes

Quand les symptômes des impatiences des jambes sont moins sévères, le sujet peut les contourner en modifiant quelques habitudes.

Le changement des horaires pour dormir permet entre autres d’allonger la période de sommeil. Lâchez prise et focalisez-vous sur des activités qui vous intéressent.

Privilégiez la demi-journée pour des activités sédentaires (lecture de journaux et livres, longs trajets, cinéma…) et le soir pour les efforts physiques

Alimentation et suppléments alimentaires

Un faible taux d’oxygène sanguin est favorable à la formation du syndrome des jambes sans repos.

L’apport en vitamine B9 ou acide folique est nécessaire pour lutter contre cette maladie.

Nous vous conseillons donc des aliments riches en vitamine B9 tels que : le foie de volaille, le brocoli, les épinards et les noix.

Consommez des aliments qui vont favoriser la formation des globules rouges –conducteurs des oxygènes dans le sang.

Les impatiences des jambes accusent une carence en fer (3). Le fer favorise le transport et le stockage d’oxygène dans les muscles.

Pour rééquilibrer son taux dans le sang, consommez des légumes à feuilles vert foncé ou des légumes secs, du foie et du bœuf.

La chlorophylle contenue dans les plantes est à la base de la couleur verte des plantes. La chlorophylle est aux plantes ce que le sang est aux humains.

D’ailleurs ils ont presque la même structure chimique. La consommation de plante riche en chlorophylle stimule une plus grande production et oxygénation du sang.

Le magnésium est recommandé par certains naturopathes pour minimiser la fréquence des mouvements involontaires des jambes pendant la nuit.

Les crampes sont également causées par un déficit du minéral dans votre corps. Pour augmenter la concentration de magnésium dans votre sang, optez pour le chocolat noir, les oléagineux ou les légumes secs (4).

S’abstenir de médicaments en vente libre

La prise de médicament sans prescription médicale risque de compliquer le traitement du syndrome des jambes sans repos.

Le malade peut casuellement ingérer des substances qui inhibent la fonction de la dopamine telles que les neuroleptiques et les antihistaminiques.

Limitez la consommation d’aliments riches en caféine

Le syndrome des jambes sans repos est accusé par un fort apport de caféine. Ce stimulant provoque, en principe, des tremblements, palpitations et anxiété.

Il est contenu en grande concentration dans le café et le thé. La suppression de ces aliments dans vos quotidiens est un traitement de la cause contre les impatiences.

La prise de médicaments

Les prescriptions médicales dépendent de l’échelle d’évaluation du syndrome des jambes sans repos. Il y a 4 formes possibles : légères, modérées, sévères et très sévères.

Les médicaments proposés ne guérissent pas complètement la pathologie, mais contribuent à retrouver le sommeil, réduire les contractions involontaires nocturnes des jambes et minimiser la gravité des symptômes.

Chlorophylle contre les jambes sans repos

Chlorophylle contre les jambes sans repos

Antalgiques

Les antalgiques aident la personne atteinte des impatiences des jambes à apaiser ses douleurs nocturnes.

Les plus connus sont le dextropropoxyphène et le paracétamol codéiné sous forme de comprimés à prendre selon des doses progressives. Ces médicaments font partie des premiers recours des médecins traitant le SJSR.

Sédatifs

Une personne souffrant de SJSR peut prendre des sédatifs tels que les benzodiazépines pour tranquilliser les symptômes nocturnes.

Vous devez prendre le médicament juste avant le coucher. A préciser qu’il entraine une accoutumance physique, mais cet effet s’affaiblit dans le temps.

Agents dopaminergiques

Le syndrome des jambes sans repos est provoqué par le trouble du métabolisme de la dopamine.

Retrouver sous la forme de L-DOPA, les agents dopaminergiques encouragent la synthèse de cette substance.

Ils sont souvent prescrits pour traiter la maladie de Parkinson et en cas de nausées ou de vomissements. Parlez -en à votre médecin pour qu’il ajuste la posologie.

Anticonvulsants

Les anticonvulsivants contribuent à l’inhibition des neurones responsables des contractions musculaires involontaires des jambes.

En principe, ces substances médicamenteuses sont utilisées pour bloquer les convulsions lors du traitement de l’épilepsie. Elles constituent une alternative aux agents dopaminergiques.

Analgésiques narcotiques

Au cas où les antalgiques ne soulageraient plus les manifestations du syndrome des jambes sans repos, le médecin prescrit la prise d’opioïdes ou d’analgésiques narcotiques.

Ces médicaments influencent le cerveau et la moelle épinière en bloquant la transmission des messages de douleur sans entraîner la perte de conscience. Ils sont plus opérants comparés aux anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Conclusion

La maladie des jambes sans repos est réellement handicapant. Dès les premiers signes, je vous conseille d’opter pour des traitements naturels.

Changez vos habitudes alimentaires et faites des activités physiques telles que décrits dans l’article. Ceci limitera au maximum l’évolution de la maladie.

Les médicaments sont plutôt à conseiller lorsque vous découvrez votre maladie à un stade très avancé. Evidemment les méthodes naturelles prennent un peu plus de temps, mais sont sans effets secondaires.

Si vous avez aimé notre article, n’oubliez pas d’aimer notre page.

À propos de l'auteur

Nathalie Marty

Bonjour!
Je m’appelle Nathalie Marty, je suis la rédactrice en chef de Bonheur et santé.
Nous avons une mission avec notre équipe : partager avec vous les meilleures astuces pour une bonne santé naturellement et faire de chaque jour une occasion d’être heureux.

1 Commentaire

  • Bonsoir ,
    Je souffre du syundrome des jambes sans repos depuis plusieurs années , et je sais que faire …surtout au coucher je cherche un endroit frais au lit , je sors mes jambes sur le couvre-lit et je finie par m’endormir mais pas un bon sommeil .
    je compte sur votre livre , j’éspère que je pourrais bénéficier et des conseils pour des remédes naturels et sur de long thermes . Merci

Laisser un commentaire

Suivez-nous!