Remèdes naturels

6 causes de sueurs nocturnes-comment y remédier ?

Sueurs nocturnes
Écrit par Nathalie Marty
6 causes de sueurs nocturnes-comment y remédier ?
5 (100%) 3 votes

Les causes des sueurs nocturnes sont multiples et diverses. Qu’il s’agisse de la ménopause, du diabète, des infections ou qu’il s’agisse du stress, les sueurs nocturnes naissent de plusieurs états.

Elles peuvent être de simples inconforts ou des signes précurseurs de maladies. C’est pourquoi vous devez déterminer les fréquences de ces sueurs nocturnes et agir au plus vite.

Voici les 6 causes principales des sueurs nocturnes et comment y remédier

Les problèmes hormonaux

La ménopause

Vers la quarantaine, la cinquantaine, les femmes connaissent une cessation de leur pouvoir procréatif.

Cela s’explique par un trouble endocrinien, En effet la production des hormones féminines que sont l’œstrogène et la progestérone se ralentit, se perturbe, puis s’arrête.

Ce dysfonctionnement se manifeste généralement par une bouffée de chaleur et donc une transpiration involontaire (1).

L’hyperthyroïdie

La thyroïde est un sac endocrine de l’œsophage très sensible aux variations de la teneur en iode.

Lorsque la concentration de cet ion dépasse le critère de référence, les glandes thyroïdiennes réagissent en se gonflant anormalement.

Ce phénomène encourage le système nerveux central à commander des sueurs nocturnes en abondance.

Le diabète de type 1

Le diabète de type 1 est une maladie qui se caractérise par la faible concentration en glucose dans le sang. Il s’agit donc d’une hypoglycémie.

Elle est renforcée par la consommation d’aliments riches en sucre ou pleins de saccharose. Les personnes diabétiques se plaignent toujours d’une importante transpiration pendant leur sommeil.

Ceci explique la régulation physiologique de votre organisme par la sécrétion de l’insuline, hormone activant l’utilisation du glucose dans l’organisme (2).

Les pathologies rénales

Les glandes surrénales peuvent présenter un certain dysfonctionnement voire une lésion ou une tumeur. Cette anomalie est appelée « phéochromocytome ».

Il est surtout dû à une diète mal équilibrée où il existe une insuffisance d’eau, ou bien une toxicomanie plus ou moins chronique.

Des sueurs nocturnes sont susceptibles de se manifester lorsqu’on souffre d’une pathologie rénale.

Le stress et la fatigue chronique

Le stress

D’autant plus chez les hommes que les femmes, passer un moment difficile provoque la plupart de temps une sensation de détresse et une nervosité intense.

Enfin, la dépression saisonnière pourrait aussi causer un stress. Lorsque vous souffrez de dépression saisonnière, vous n’avez pas le moindre instant de sérénité cérébrale si bien que votre corps transpire régulièrement pour exprimer la fatigue et l’angoisse.

La pathologie de fatigue générale

Au même titre que les problèmes psychologiques, les bruits et le rythme de travail peuvent également conduire à un délicat burn out.

Le burn out est l’épuisement physique, mental et psychique provoqué par les activités professionnelles stressantes.

Ces épuisements que subit votre organisme entraîne des sueurs nocturnes lorsque vous dormez.

Sueurs nocturnes-medicaments

Sueurs nocturnes-medicaments

Les traitements médicamenteux

Les hormones

Les hormones que vous prenez peuvent être à la base des sueurs nocturnes dont vous souffrez.

La plupart du temps, les gens ont peur qu’une insuffisance hormonale soit à l’origine de leurs problèmes de santé. Par exemple, ils prennent de l’insuline pour gérer leur glycémie.

Les médecins prescrivent du corticoïde pour guérir une infection, tel est le cas de la prednisolone pour traiter le rhumatisme.

Des modulateurs sélectifs du récepteur d’œstrogène (SERM) peuvent également engendrer une overdose de sueurs nocturnes.

Les médicaments génériques

Si le paracétamol est connu comme étant un comprimé anti-inflammatoire, il peut par contre provoquer une chaleur considérable lors d’un traitement antipyrétique ou réducteur de fièvre.

L’aspirine possède également cette propriété. Pareillement, une hausse de température en résulte.

Les antidépresseurs

Également appelés psychoanaleptiques, les antidépresseurs sont des médicaments utilisés pour le rétablissement chimique du cerveau.

Ils servent donc à traiter le potentiel déséquilibre monoaminergique, typique des personnes immunodéprimées. Entre autres, ces antidépresseurs sont des composés tricycliques et des ISRS (inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine).

Les opioïdes

Si les opioïdes sont utilisés pour soulager de douleurs, ils figurent également parmi les substances excitantes.

A cet effet, l’organisme, lorsqu’il est drogué, donne tout de suite le signal de réception du stimulus : trembler, transpirer. La morphine et le dextropropoxyphène en font partie.

Les différentes infections

Les mycoses

Ces pathologies sont dues à la prolifération des champignons microscopiques sur la surface cutanée et sur les muqueuses notamment vaginales et utérines.

Les mycoses qui sont typiques aux femmes, risquent d’évoluer en cancer.

En effet, les flores fongiques (levures et moisissures) vivent dans une température ambiante, environ 25 °C.

Leur présence massive provoque donc une inflammation que l’organisme essaie de refroidir par la production de sueurs.

Les maladies virales

Les virus, lorsqu’ils circulent dans le sang et dans les lymphes, attaquent les globules blancs qui se chargent de la défense immunitaire.

Ce conflit entre les virus et les lymphocytes se traduit par une fièvre ; d’où la montée de la température du malade.

VIH, hépatite C, et d’autres agents pathogènes figurent dans la liste de ces unicellulaires malicieux.

À lire: Les meilleurs antibiotiques naturels

Les attaques des bactéries et des protozoaires

Suite à une intoxication alimentaire, vous avez généralement une température dépassant les 37 °C (3).

Les gastroentérites sont presque toujours accompagnées d’une transpiration massive.

En outre, certaines bactéries peuvent être à l’origine d’une endocardite, une atteinte aux cellules épithéliales des valves cardiaques.

Les protozoaires (ce sont de minuscules organismes atteignant à peine le millimètre ; mais qui évoluent en colonies) peuvent également produire le même effet.

Il en est ainsi du paludisme qui donne des sueurs nocturnes.

La tuberculose, un cas particulier

Ce syndrome est causé par le bacille de Koch. Il est surtout fréquent dans les pays en développement.

Caractérisés par une attaque progressive des alvéoles pulmonaires ou des os, ses principaux symptômes sont la toux sèche, la fatigue intense, l’inappétence et la transpiration nocturne.

Les tumeurs et lésions cancéreuses

La leucémie

La leucémie est une maladie génétique qui envahit le sang. Lorsqu’elle est chronique, elle est marquée par un état immunodépressif et une bouffée de chaleur périodique.

La leucémie touche deux fois plus les hommes que les femmes. Le chiffre s’avère alarmant, avec un total de 4000 cas par an dans l’Hexagone.

Le lymphome non hodgkinien

Les statistiques estiment plus de 11 600 nouveaux cas en 2011, ce type de physiopathie se hisse donc au 5e rang des cancers les plus fréquents en France.

Les principales cibles sont les hommes de 60 ans et plus. L’oncogenèse commence par la prédation des lymphocytes, cellules actives de l’immunité.

Les sueurs nocturnes sont une manifestation de ce cancer du système lymphatique.

Les tumeurs ou cancers solides

On distingue deux grands groupes de cancer. Les cancers solides qui représentent 90% des cancers et les cancers liquides.

Les cancers liquides sont les leucémies et les lymphomes qui touchent le système lymphatique.

Les cancers solides quant à eux peuvent attaquer n’importe quelle partie de votre corps. Par exemple les os, la peau, les muqueuses, les glandes (4).

De plus en plus le cancer touche les tissus solides comme la prostate, le colon ou le pancréas.

La survenance de mutations anormales dans le corps donne naissance à des cellules dites anormales ou malsaines. Les sueurs nocturnes sont fréquentes lorsque le corps détecte des cellules malsaines.

C’est une manière pour votre organisme d’alerter son système de défense « la police du corps » afin de combattre ces cellules.

Autres causes élémentaires

L’apnée du sommeil

Le syndrome d’apnée du sommeil (SAS) est méconnu par beaucoup de gens bien qu’il ait une grave répercussion sur le plan cardiorespiratoire.

Il se définit comme une interruption du flux aérien d’au moins 10 secondes, puis la reprise de la ventilation associée à une brève insomnie ou l’allègement du cycle circadien.

Le sommeil est perturbé par des micro éveils et des transpirations, puis une matinée ennuyeuse.

Le reflux gastro-œsophagien (RGO) pathologique

C’est une dislocation de l’estomac vers l’œsophage qui se produit suite au dysfonctionnement du cardia –orifice assurant la communication œsophage-estomac.

Ce dernier empêche habituellement la remontée de l’appareil gastrique. Le malade est saisi d’une brûlure au niveau du sternum. Il tousse pendant la nuit et a des sueurs nocturnes.

Les mouvements périodiques nocturnes

Le sommeil pour certaines personnes est agité au sens propre du mot. En effet, au cours de la phase paradoxale de leur sommeil, elles font des gestes comme si elles étaient réellement conscientes.

Elles peuvent mouvoir leurs jambes, se tourner à gauche et à droite, etc. Ces postures excitent leur circulation sanguine de sorte que leurs corps dégagent de l’énergie. Les sueurs nocturnes apparaissent alors.

Les sueurs nocturnes se produisent également lorsque vous faites un cauchemar (5).

À lire: 10 astuces pour vaincre l’insomnie

Un problème lié à l’environnement du dormeur

Le sur chauffage de la chambre, une literie tellement isolante, des couvertures trop lourdes et chaudes favorisent vos transpirations nocturnes.

Cependant, les effets se passent en tant que phénomènes éphémères et faciles à résoudre.

Sueurs nocturnes-comment eviter

Sueurs nocturnes-comment eviter

Remèdes

Les mesures prophylactiques pour lutter contre les sueurs nocturnes

Le choix du mobilier

Lorsque la température de votre logement est trop haute, il est important de réviser l’installation thermique afin de gérer la production de chaleur.

Ce procédé aide à réduire votre dépense énergétique. La température idéale d’une salle est de 18 °C. Puis, optez pour un matelas plus aspirant pour optimiser votre confort.

Se tenir hors de stress et des excitants

Pour vous mettre à l’écart des stress, pensez à bien gérer votre emploi de temps et à chercher à vous divertir pendant les moments propices.

En plus, avant que la moindre transpiration nocturne anormale survienne, évitez de prendre toutes substances stimulantes qui risquent de perturber votre physiologie.

Oubliez donc les épices et les boissons chaudes et/ou énergisantes.

D’autres habitudes journalières

Le premier de ces bons gestes est le port de vêtements en coton. Légers et aérés, les docteurs recommandent ces qualités de tissus, contrairement aux habits synthétiques.

Ce principe est pratiquement applicable quand il est question de choisir vos draps et oreillers. Il est aussi utile de faire une douche avec de l’eau tiède le soir avant de vous mettre au lit (6).

Les mesures curatives des transpirations nocturnes excessives

La nécessité de consulter un médecin

En présence d’un tel symptôme, il ne faut jamais rester chez vous en pensant que ce n’est qu’un trouble léger.

Le docteur devrait procéder à des analyses sérologiques afin de détecter le premier facteur de la transpiration excessive.

A la suite, une étude plus approfondie peut être confiée à un médecin spécialiste pour mieux repérer les causes du problème.

L’automédication

Pour ce faire, le malade doit faire recours aux traitements homéopathiques. Pour choisir une souche, vous devez quand même demander l’avis de votre médecin.

Les principaux avantages de ces granules homéopathiques sont la possibilité d’en acheter sans ordonnance médicale et leur nature zéro danger. Par ailleurs, ils ne possèdent ni effet secondaire ni contre-indication.

Traitement hormonal

Si le risque est lié à un trouble, un manque ou une insuffisance hormonale, l’administration d’une dose nécessaire suffira à guérir la maladie.

Ainsi, des femmes à la ménopause opèrent des régulations endocriniennes en se rendant auprès d’un professionnel de santé.

Cette alternative peut aussi être capitale dans la régénération de l’insuline afin de contrôler le diabète (7).

Conclusion

Les causes des sueurs nocturnes sont multiples. Au-delà de ces 6 causes principales, vous pouvez voir d’autres causes les unes les plus anodines que les autres.

N’attendez pas, si vous souffrez de cet inconfort, traitez le problème tout de suite.

Notre article vous a été utile ? N’oubliez pas de le partager et de nous donner un pouce bien levé.

À propos de l'auteur

Nathalie Marty

Bonjour!
Je m’appelle Nathalie Marty, je suis la rédactrice en chef de Bonheur et santé.
Nous avons une mission avec notre équipe : partager avec vous les meilleures astuces pour une bonne santé naturellement et faire de chaque jour une occasion d’être heureux.

Laisser un commentaire

Suivez-nous!